Le Propulseur hypersustentateur

Le propulseur hypersustentateur, se compose d’un carénage autour d’une hélice qui permet de créer et d’orienter une force de sustentation dans le but de supprimer tout ou partie des surfaces portantes et/ou de guidages. Ce carénage est dissymétrique, à géométrie fixe ou variable et orientable dans une ou plusieurs directions.

On retrouve ici, pour partie, l’invention de W. CUSTER, le « Wing Channel », doublée par une casquette supérieure aval à l’hélice, optimisée d’un point de vue aérodynamique, associée aux technologies modernes des convertibles, complétée par des volets aérodynamiques de portances et des trappes de décharges, agrégée à différents mécanismes d’orientation du carénage.

Le principe aérodynamique est simple, il consiste à utiliser la dépression située en amont de l’hélice et la surpression présente en aval pour générer une force normale à l’écoulement principal du flux de propulsion. En plus du phénomène aérodynamique sur le carénage, le jet est également légèrement et naturellement dévié vers le bas, ce qui contribue également aux forces de portances. Lorsque l’appareil prend de la vitesse longitudinale, le jet du propulseur se redresse naturellement et redevient quasiment horizontal Les premières analyses dévoilent les valeurs très encourageantes de plus de 30 N de portance par kW de propulsion.

Une incidence nulle du propulseur permet le vol en croisière de manière presque identique au mode avion. Une incidence de l’ordre de 23° permet un décollage purement vertical de type hélicoptère, alors qu’une incidence supérieure permettra en phase d’approche finale, une bonne sustentation, combinée au freinage de l’appareil. Quant à son incidence négative, elle permet d’accroitre fortement l’accélération longitudinale en mode STOL et ainsi réduire encore la distance de décollage. Ainsi en fonction de son niveau de charge, le même appareil pourra être VTOL pour une masse moyenne au décollage et STOL pour une masse largement plus importante.

La variation de l’ordre de seulement 30 ° pour passer du mode vol vertical au mode avion, simplifie grandement les phases de transition, véritables casse-têtes sur les appareils convertibles classiques. En particulier, moyennant un choix judicieux du profil de l’aile, ce système autorise le montage du propulseur fixe sur l’aile et de basculer l’ensemble en incidence sans risque de décrochage aérodynamique de l’aile principale.